NEVA, les premiers jours…

Depuis le temps qu’elle fait parler d’elle, Dagoma nous as permis de tester la Neva en avant première, voici nos premières impressions après quelques jours avec la bêtes dans les mains

Une partie de l’équipe du staff, et certains Dagoma’niack tirés au sort suite a un concours (lien ici) étaient invités ce mardi 23 mai à la soirée de lancement de la NEVA et par la même occasion de Dagoma US. Nous en ressortons avec de belles images en tête et surtout des NEVA en prêt pour 1 mois, l’occasion pour nous de tester au quotidien cette nouvelle machine, et vous faire un retour !

 Unboxing

On vous propose notre vidéo pour découvrir tout ça, mais pour les adeptes de la lecture on va tout retranscrire juste en dessous !

On commence par le packaging, alors la, la NEVA envoi du lourd par rapport a la Discovery/Discoeasy ! Ok ce n’est qu’un carton, mais ça donne envie de découvrir ce qu’il y a dedans.

On y trouve la NEVA sur 2 cotés (échelle 9:10) et sur le dessus (échelle 1:1), un rappel sur ROAD, la gamme Chromatik actuelle, l’information comme quoi la NEVA est composée à 50% de pièces imprimées en 3D (imprimées sur des Explorer 350 et Discovery/easy 200), une précision sur la fonction plug and play de l’imprimante avec son bouton unique et les caractéristiques suivantes :

Caractéristiques techniques annoncées

Technologie
FDM : Fused Deposition Modeling (Depot de Matiere Fondue)

Matériau recommandé
PLA (normal, flexible, wood, renforcée, etc …)

Diamètre du filament
1.75 mm

Diamètre de la buse
0.4 mm

Température d’extrusion
270°C max

Dimensions de l’imprimante
305 mm (profondeur avec extrudeur) x 275 mm (profondeur classique) x 535 mm (hauteur)

Poids
4,3 kg

Volume d’impression
Ø180 (base)  x 200 mm (hauteur)

Épaisseur de couche minimale
0.1 mm (100 microns)

Précision positionnement Z
12.5 microns

Précision positionnement XY
50 microns

Volume d’impression maximal
5 litres

Vitesse d’impression
30 à 100 mm/s

A l’annonce de ces caractéristiques, pas de grande surprise, une vitesse correcte pour une imprimante type Delta, une belle précision.

Un volume d’impression peut être un peu petit mais tout a fait correct, pour rappel nos discovery/easy (200 x 200 x 200) ont un volume de 8.0 dm3 (litres) contre ici 5.1 dm3 (litres).

Connectivité

  • Impression via carte SD
  • Connexion possible via USB (pas d’impression pour le moment !)

On regrettera à ce jour l’impossibilité d’imprimer via USB (nombreuses tentatives via différents slicer, l’imprimante réagi mal) dû à la carte 8 bit, mais nous le savons, l’imprimante n’est pas destinée à cette utilisation un peu plus poussée !

Au déballage, on découvre cette magnifique imprimante, vraiment elle en jette !

Elle est jolie, presque « féminine », aux formes passe partout et épurée. Les couleurs sont sobres, la base est texturée.

Cette imprimante trouvera largement sa place à coté de votre TV ou sur un bureau à coté de votre imprimante papier. Contrairement au Discovery/easy, elle ne fait pas « peur » son coté épuré et design fait d’elle un accessoire déco !

Dagoma nous a réservé quelques surprises sur cette Neva, des petites fonctionnalités que nous avons pu tester pendant la soirée et maintenant à la maison.

Tout d’abord la surface d’accroche de la NEVA, ce n’est ni du Scotch Bleu que l’on retrouve sur les Easy ni un Buildtak. C’est le Buildgrip, une surface d’accroche by Dagoma.

Ensuite l’unique bouton de cette imprimante qui permet de démarrer l’impression dès que la carte SD est mise dans son emplacement.

Elle permet aussi de mettre en pause l’impression afin de changer de couleur ou de tout simplement la mettre en pause.

Le Tap Tap ! Qui permet en tapant 2 fois le plateau de sortir le filament de l’extrudeur, je vous avoue que c’est bien pratique !

Et enfin le DetectFil qui met l’impression en Pause s’il n’y a plus de filament.

 

Dans les entrailles de la bête !

Pour cette partie nous sommes allé au plus profond de la NEVA, explorer ce qu’elle avait dans le ventre !

ATTENTION, TOUTE OUVERTURE DE LA MACHINE VOUS FERA PERDRE VOTRE GARANTIE !

L’ensemble des détails donnés ci dessous proviennent de ce que Dagoma nous a permis de voir sur une machine non montée chez eux !

L’ouverture du plateau se fait avec une lame, il faut décoller les 3 sensors FSR reposant sur une mousse autocollante,

ce qui provoque à coup sûr la destruction de l’un ou plusieurs de ces sensors et rendra votre machine inutilisable !

 

Carte type MKS (8bit), E3Dv6 officielle, ventilateur 30mm, 4 Moteurs Nema 17 40N.cm, 3 courroies GT2, alimentation 12V 5A, 6 roulements LM8UU et 6 tiges lisses de 8mm (ayant l’air de meilleur facture que celles présentent sur nos discovery/easy !), 6 barres aimantées pour maintenir la tête et un lecteur SD, 3 capteurs optiques pour détecter la position des courroies.

Mais surtout, la grande nouveauté sur cette NEVA coté hardware, c’est la présence, sous le plateau de 3 sensors FSR (Force Sensing Resistor), l’équivalent de nos capteurs inductifs sur 3 points, qui lorsque la buse viens en contact avec le plateau, identifient la pression afin de détecter la hauteur de la buse a ce point, ce qui permet d’avoir un mesh et non un plan du plateau !

Autre nouveauté sur le hardware, la présence du « DetectFil« , conçu a partir d’un interrupteur levier, celui ci détecte l’absence de filament, pour mettre en pause votre imprimante et ne jamais raté aucun print à cause d’une fin de filament ! Concernant l’arrivée de ce composant pour nos Discoeasy, cela ne devrait apparemment pas tarder !

Coté Firmware, la NEVA est livrée avec un firmware Marlin, complètement retravaillé par Dagoma, équivalent de la RC8.

Premier lancement

Maintenant que l’on a bien apprivoisé cette machine tout juste sortie de la boite, il est temps de lancer les hostilités !

Commençons le montage ! Et bien oui, il y a un seul petit montage a faire, la fixation des 6 barres magnétiques sur la tête et les piliers, pour ça rien de plus simple, une notice de première utilisation vous est fournie et vous explique tout ! Chose importante : les barres doivent avoir deux pôles s’attirant du même coté, sinon cela risque de bloqué votre ventilateur !

Alors maintenant que nous avons réussi cette terrible épreuve, des plus périlleuses, nous allons nous atteler à la première auto-calibration !

Pour réussir cela, la notice de montage comportant un recto et un verso, nous allons devoir procéder a une étape cruciale, le retourné de feuille !

Aller HOP ! Réussi ! Bravo ! Et on découvre la procédure !

0. Débrancher la machine (ou ne pas la brancher tout court !)

1. Maintenir le bouton enfoncé

2. Brancher tout en maintenant le bouton enfoncé

3. Dès qu’elle commence à bouger, relâcher le bouton

4. Attendre la fin des mouvements (+/- 3 minutes)

Et c’est fini ! La NEVA est enfin prête à imprimer !

Premier print

Pour commencer, il faut se rendre sur dist.dagoma.fr afin de télécharger CuraByDagoma Neva. Pour ce premier print, un peu comme sur les Easy et Very on va print le badge Dagoma ! Rien de plus simple, il est dispo directement à l’ouverture de Cura By Dagoma Neva !

On le met sur la SD et hop on y va !

Mais on va se donner un peu de difficulté pour tester l’ensemble des fonctionnalités de la NEVA !

On commence donc en Chromatik Orange, arrivé au milieu on appuie sur le bouton, la pause s’effectue immédiatement, changeons de couleur ! Tap tap ! Parfait l’ensemble du filament orange sort sans soucis. On réinsère le Chromatik Bleu et on appuie sur le bouton, et ça repart ! Voila le résultat ! Super simple !

Pour aller plus loin! #torturetests

Nous ne nous sommes pas arrêtés là. Nous avons créé un profil Simplify3D pour la NEVA (A la va vite, il faut encore l’optimiser un peu) Afin de lancer un print en mode Vase avec Simplify 3D. Sachez que dans tous nos tests qu’il nous a été impossible de print via l’USB mais que les fichiers slicé depuis Simplify 3D sont utilisable sur SD en le rnomant en dagoma0.g et nous avons donc réussi à imprimer un magnifique objet en mode vase ! C’est d’ailleurs assez envoûtant le mode Vase sur une Delta !

Ce mode vase sur Simplify 3D est génial avec une Delta, nous espérons que Dagoma mettra a jour Cura By Dagoma Neva pour le proposer !

Il est donc temps de torturer un peu notre NEVA !

Torture Test #1 : « La NEVA est robuste et peut imprimer dans de nombreuses conditions »

Pour la petite histoire : Dagoma l’as faite imprimer sur batterie à 300m de hauteur accrochée à une montgolfière (si si on a vu les vidéos), jusque la rien de fou, sauf qu’après ils l’ont lâcher !

Bon avec un parachute, mais elle est descendue vite, très vite, très très vite …. arrivée en bas, malgré le choc, seuls les bras s’étaient défaits ! Une fois remis en place, ils ont relancés la machine et vous savez quoi ?

Elle a repris son travail sans rien dire ……..

Bon pour le torture test, on a été un peu plus soft … déjà on a pas de montgolfière ! Et puis on nous a juste prêté les NEVA, donc on va pas risquer des folies pourtant je connais quelqu’un qui habite au 8ème …….. bon non ! Mais quand même, peut elle imprimer sur le coté ? ………. Et à l’envers ?

Slicé via Cura By Dagoma Neva, 55 mm/s, layer 0,2 mm.

Et bien aucun problème, le print sur le coté se fait sans aucun soucis. Pour ce qui est du print à l’envers, le plateau tenant sur des mousses, et de part la force gravitationnelle, se retrouve un peu plus décollé de la base que posé a l’endroit, ce qui fait claquer l’extrudeur, mais l’impression se déroule aussi sans soucis !

Passage du torture test #1 : CHECK !

 

Torture Test #2 : Du gros volume !

Comme vous le savez, la NEVA dispose d’une zone d’impression d’un diamètre de 180 mm et d’une hauteur de 200 mm soit un volume de 5.0 dm3 (litres), mais est elle capable d’imprimer dans toute cette zone sans soucis ?

Slicé via Simplify 3D, 60 mm/s, layer 0,2 mm, mode vase.

Et bien oui, notre impression en mode vase (via Simplify 3D) nous a permis de tester les limites de la NEVA ! l’impression fait 170 mm de diamètre par 200 mm de hauteur !

L’absence de tiges filetées sur une NEVA fait du bien au wobble, qui deviens totalement inexistant ! L’impression est précise du début à la fin !

Passage du torture test #2 : CHECK !

 

Torture Test #3 : Bienvenue au pays des schtroumpf !

Et oui car la NEVA peut imprimer de belles choses, de grannnndes choses, mais qu’en est il d’une mini impression ?

Nous avons donc voulu voir ce que pouvais donner le 3D Benchy Boat !

Slicé via Cura By Dagoma Neva, 55 mm/s, layer 0,2 mm.

A gauche Imprimé en Octofiber Phosphorescent (échelle 1:1 soit 60 mm de long pour 48 mm de haut), a droite Octofiber Bleu Perle (échelle 2:5 soit 24 mm de long pour 19 mm de haut)

C’est le plus petit Benchy Boat qu’on ai réussi à sortir avec une aussi bonne qualité, cependant celui en échelle 3:10 soit 18 mm de long par 14 mm de haut était aussi correct mais pas parfait comme le bleu perle ici présenté !

Passage du torture test #3 : CHECK !

 

Torture Test #4 : Bridge, Bridge, Bridge & Bridge

On le sait, la NEVA n’est dotée que d’un unique ventilateur, comment se comporte-t-elle lors de l’impression de « ponts » ?

Slicé via Cura By Dagoma, 55 mm/s, layer 0,2 mm.

Le fichier slicé via Cura By Dagoma, sans aucun réglage de notre part sort bien, pas parfait certes, mais l’ensemble des ponts (de 10 à 150 mm) sont la ! Les ponts de 10 à 60 mm sont parfaits, 70 à 100 très bon, 110 à 130 baveux, le 140 est étonnement très bon, et le 150 assez baveux.

Nous avons aussi donc testé la machine à sa vitesse maximum, avec le même fichier, slicé via Simplify 3D, layer 0,2 mm, mais a une vitesse très élevée de 100 mm/s !

Nous vous éviterons pas mal de lecture, les ponts jusqu’à 40 mm sont raisonnables, mais aucun pont n’a réussi a être fait au delà de 40 mm.

Alors reine des ponts, oui, mais à vitesse moyenne ! Le but de ce test étant de testé l’imprimante dans des conditions normales mais dans une épreuve technique, le test a 100 mm/s n’est donc pas pris en compte !

Passage du torture test #4 : CHECK !

 

C’est donc avec succès que la NEVA passe l’ensemble des tests ! Certes avec une légère moins bonne note que la Discoeasy 200, mais son utilisation est d’une facilité déconcertante !

Coté Tarif

La NEVA sera bientôt disponible sur le site de Dagoma et chez Boulanger au prix de 499€ montée (hors frais de ports).

Cependant Dagoma se lançant au même moment aux US, a décidé de lancer sa NEVA sur Kickstarter en proposant des prix très attractifs !
Les offres allant de 249$ (utilisant la fausse conversion 1$ = 1€ donc 249€ TTC frais de ports inclus) pour une NEVA simple pour les 99 premiers acheteurs (déjà épuisé malheureusement) à 9 000$ HT pour un pack de 30 NEVA.

L’offre encore d’actualité est celle à 349$ (349€ TTC frais de ports inclus) pour une NEVA soit une économie de 30% !

 

Conclusion

La NEVA est vraiment une superbe machine. Mais celle ci ne conviendra pas à tous les makers, c’est la bonne imprimante pour le 0 prise de tête, simple à mettre en œuvre, autonome, plug and play, pleine de simplicité. C’est l’imprimante parfaite pour monsieur et madame tout le monde, pour les gens qui souhaitent se lancer dans le monde de l’impression 3D et installer cette imprimante 3D aussi simplement que leur imprimante papier !

Elle possède quelque soucis qui ont déjà été remontés auprès de Dagoma, ils vont regarder pourquoi, comment et les résoudre. Ce n’est rien de méchant. On peut espérer voir une mise à jour future de la tête, de nouvelles fonctionnalités !

Pour les makers, elle sera une bonne imprimante d’appoint, mais si vous aimez mettre les mains dans le cambouis, alors passez votre chemin et qui sait, Dagoma nous réserve très certainement des surprises pour la suite !

Certes son tarif reste dans la tranche haute comparé à d’autre Delta, mais quid de leur SAV et de leur facilité d’utilisation ?

La facilité est le maitre mot pour cette imprimante qui ravira petits et grands !

 

Liens utiles :

dist.dagoma.fr

fiche produit Neva

Kickstarter Neva

 

 

1 Comment

Poster un Commentaire